Définitions et niveaux de complexité des compétences

Grâce à des recherches poussées, le gouvernement du Canada et d’autres organismes nationaux et internationaux ont relevé et validé des compétences essentielles clés qui sont utilisées dans presque tout emploi et à différents niveaux de complexité. Elles sont à la base de l’apprentissage de toutes les autres compétences et permettent aux gens d’évoluer avec leur emploi et de s’adapter aux changements en milieu de travail.

Définitions

Compétences en alphabétisation et compétences essentielles

Lecture

La lecture consiste à lire des phrases ou des paragraphes.

Elle consiste habituellement à lire des notes, des lettres, des notes de service, des manuels, des spécifications, des règlements, des livres, des rapports ou revues spécialisées.

Les textes englobent :

  • les formulaires et les étiquettes contenant au moins un paragraphe;
  • le texte imprimé ou non (par exemple, le texte affiché sur un écran d'ordinateur ou une microfiche); et
  • les paragraphes inscrits dans des tableaux et des graphiques.
Rédaction

La rédaction comprend :

  • la rédaction de textes et l'inscription d'information dans un document (par exemple, un formulaire); et
  • la rédaction sur un support autre que le papier (par exemple, la saisie de texte sur un clavier d'ordinateur).
Utilisation de documents

On entend par « utilisation de documents » les tâches qui supposent le recours à une diversité de mode de présentation de l'information où les mots, nombres, icônes et autres symboles visuels (p. ex. ligne, couleur, forme) prennent un sens particulier en fonction de leur disposition. Les graphiques, les listes, les tableaux, les plans, les schémas, les dessins, les enseignes et les étiquettes sont des exemples de documents dont on se sert dans le monde du travail.

L'utilisation de documents comprend :

  • les supports imprimés ou non (par exemple : documents sur un écran d'ordinateur ou une microfiche, jauges, horloges ou drapeaux); et
  • la lecture/l'interprétation ainsi que la rédaction/le remplissage/la production de documents. Ces deux types d'utilisation ont souvent lieu durant l'éxecution d'une même tâche. C'est le cas, par exemple, lorsqu'il s'agit de remplir un formulaire, de vérifier les points d'une liste de tâches, de reporter de l'information sur un graphique ou d'inscrire des renseignements sur un calendrier d'activités.
Calcul

Le calcul correspond à l'utilisation des nombres au travail et à la nécessité de penser en termes quantitatifs dans l'exécution de tâches.

Informatique

L'informatique est utilisée de manières variées et plus ou moins complexes selon le groupe professionnel.

Capacité de raisonnement

La capacité de raisonnement est divisée en six différentes fonctions cognitives connectées mais interdépendantes :

  • Résolution de problèmes ;
  • Prise de décisions ;
  • Pensée critique ;
  • Planification et organisation du travail ;
  • Utilisation particulière de la mémoire ;
  • Recherche de renseignements.
Communication Orale

La communication orale concerne essentiellement l'utilisation de la parole pour exprimer ou échanger des pensées ou des renseignements dans le cadre du travail.

Travail d’équipe

La catégorie «travail d'équipe» consiste à déterminer dans quelle mesure un employé doit travailler avec les autres dans l'exécution de ses tâches. Doit-il coopérer avec les autres? Doit-il manifester une discipline personnelle suffisante pour atteindre des objectifs de travail tout en travaillant seul?

Formation Continue

La section consacrée à la formation continue examine l'obligation de participer à un processus permanent d'acquisition de compétences et de connaissances.

L'exigence relative à la formation continue met à l'épreuve l'hypothèse suivant laquelle de plus en plus d'emplois exigent un perfectionnement continu et tous les employés doivent continuer à apprendre pour pouvoir conserver leur emploi ou suivre l'évolution de leur emploi. Si c'est vrai, les compétences suivantes deviendront indispensables :

  • savoir comment apprendre;
  • comprendre son propre style d'apprentissage;
  • savoir comment obtenir l'accès à une diversité de documents, de ressources et de possibilités d'apprentissage.

Description de l'apprentissage

La section du profil des compétences essentielles consacrée à la formation continue commence par un paragraphe sans titre décrivant l'apprentissage continu ou l'amélioration des compétences qu'exige l'emploi. Les exigences peuvent être de différentes natures :

  • formation en santé et en sécurité dans le contexte du travail;
  • obtention et amélioration des titres de compétence;
  • apprentissage du fonctionnement d'équipement, de procédures ou de produits et services nouveaux.

Niveau de complexité

Le niveau de complexité est un outil servant à mesurer les compétences nécessaires à l’accomplissement d’une tâche. Un niveau de complexité pouvant aller de 1 (tâche de base) à 4 ou 5 (tâche avancée) est attribué à des exemples de tâches effectuées par un travailleur occupant un poste donné.

On a défini des niveaux de complexité afin de cerner les différences au chapitre des compétences nécessaires d’un emploi à un autre.

Un briqueteur et un agent de voyage doivent, tous les deux, avoir des compétences en rédaction pour accomplir efficacement les tâches liées à leur emploi. Toutefois, le type et le niveau de complexité de rédaction sont différents pour les deux professions.

  • Le niveau de complexité typique des tâches de rédaction d'un briqueteur est de 2, puisque ces tâches ne sont pas très complexes (par exemple rédiger un devis estimatif détaillant le coût des matériaux ou de la main-d'œuvre ou remplir des formulaires de rapport d'incident).
  • Le niveau de complexité typique des tâches de rédaction d'un agent de voyage est de 3, puisqu’il doit rédiger des documents dans un style plus complexe (articles de magazines et documents promotionnels sur les circuits ou les événements spéciaux qu’il propose)..

Les compétences en rédaction de l'agent de voyage sont cotées à un niveau supérieur à celles du briqueteur parce que l'échelle d'évaluation tient compte des aspects suivants :

  • longueur
  • objectif
  • style
  • structure
  • contenu
On évalue également la complexité des tâches selon le contexte.

Une bibliothécaire anime l’heure du conte en faisant à voix haute la lecture d’histoires s’adressant à de petits ou de grands groupes d’enfants. Elle cherche à capter leur attention et à les divertir. On pourrait dire, dans ce cas-ci, que le niveau de complexité pour la communication orale que fait la bibliothécaire serait de 1, car il s’agit d’un sujet restreint et familier. Elle lit un livre plutôt que d’improviser.

Cependant, si elle devait présenter un exposé sur la littérature pour enfants à des milliers de collègues, dans le cadre d’une conférence de l’UNICEF, cette tâche serait évaluée au niveau 4 en communication orale. Il s’agirait d’un exposé beaucoup plus complexe supposant une longue préparation. En outre, elle présenterait cet exposé dans un contexte plus stressant, vu la présence d’un public nombreux et du risque professionnel élevé.