Comprendre l’itinérance et la stratégie

L’itinérance est un problème qui saute aux yeux au Canada. Toutefois, présentement, il n’existe pas de statistiques fiables sur le nombre de sans-abri au pays parce qu’il est difficile de recenser cette population. Il faut donc continuer à chercher des façons efficaces de recueillir cette information.

La Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) est un programme communautaire qui vise à prévenir et à réduire l’itinérance en offrant de l’aide et du financement directement aux collectivités touchées partout au Canada.

Comprendre l'itinérance

Il faut une large compréhension du problème pour arriver à élaborer et à mettre en place des programmes et des services qui contribueront à offrir du soutien à tous ceux et celles qui sont aux prises avec l’itinérance.

L’itinérance peut toucher n’importe quelle personne, quels que soient son âge, son sexe et son origine ethnique. L’itinérance ne fait aucune discrimination.

Dénombrer les sans-abri

L'itinérance est bien visible au Canada. Toutefois, à ce jour, il n'existe aucune méthode fiable permettant de dénombrer les sans-abri. Le Canada ne dispose pas de statistiques nationales précises. Des efforts doivent être déployés pour mettre en place des moyens efficaces pour recueillir cette information.

De par la nature même de l'itinérance, il est difficile de dénombrer les gens qui sont touchés par ce problème. L'itinérance semble être devenue plus flagrante dans les centres urbains, mais personne ne sait exactement combien de gens vivent dans la rue ou dans des logements qui ne répondent pas aux normes. Les sans-abri n'ont pas d'adresse permanente, se déplacent et, dans de nombreux cas, se cachent. Le visage de l'itinérance change d'une collectivité à l'autre.

Pour arriver à réduire et à prévenir l'itinérance, il faut mieux comprendre la situation, les causes profondes du problème et définir les mesures de soutien qui s'imposent. Les collectivités conjuguent déjà leurs efforts pour mieux comprendre l'itinérance et trouver des façons d'aider les sans-abri.

Lire les points saillants de L'Étude nationale sur les refuges pour en savoir plus sur l'utilisation des refuges d'urgence au Canada entre 2005 et 2009.

Comprendre les besoins

Il peut être nécessaire de mettre en place des mesures de soutien progressives pour aider les personnes sans abri. On peut commencer par offrir les services de soutien appropriés aux personnes en difficulté, qu’elles vivent dans la rue ou dans des logements qui ne répondent pas aux normes. Il faut parfois commencer par fournir un toit et de l’aide dans les refuges d’urgence. On vise au bout du compte à offrir aux sans-abri un logement de transition, pour ensuite leur permettre d’occuper un logement permanent et de vivre en toute autonomie.

Dans certains cas, il faut offrir et un logement de longue durée, et un soutien continu. Les besoins d’une personne évoluent au fur et à mesure qu’elle passe d’une situation où elle est vulnérable à des conditions de vie plus stables et c’est pourquoi il peut être nécessaire de la soutenir de façon continue. En outre, une transition de cet ordre peut se révéler fort longue et chaque personne, compte tenu de sa situation personnelle, progressera à un rythme différent. Même si la personne occupe un logement permanent, elle peut avoir besoin d’un soutien continu pour éviter de redevenir sans abri.

À propos de la Stratégie

La Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) prévoit que les collectivités définissent leurs propres besoins et conçoivent des projets qui leur conviennent. La Stratégie vise à aider 61 collectivités désignées ainsi que des collectivités rurales, des collectivités du Nord et des collectivités autochtones à élaborer des stratégies à l’échelle locale pour contrer l’itinérance.

La SPLI établit des partenariats avec les provinces et territoires, les collectivités ainsi que les secteurs bénévole et privé afin de renforcer les capacités et de favoriser la durabilité. La SPLI mène également de la recherche afin d’approfondir la compréhension de l’itinérance. De plus, elle recueille et diffuse des renseignements sur des pratiques exemplaires pour aider à trouver des solutions efficaces à l’itinérance.

La SPLI reconnaît que la santé, le rôle parental, la scolarisation et l’employabilité des individus dépendent de la stabilité de leur situation en termes de logement. La SPLI soutient les initiatives communautaires en matière d’aide au logement. Elle soutient également le logement de transition et le logement supervisé afin d’accompagner les personnes et les familles vers l’autonomie.

En apportant une mesure de stabilité à la vie des sans-abri et des personnes à risque de le devenir, la SPLI contribue à la mission de Emploi et Développement social Canada, soit de bâtir un Canada plus fort et plus concurrentiel, d’aider les Canadiennes et Canadiens à faire les bons choix afin que leurs vies soient productives et gratifiantes, et d’améliorer leur qualité de vie.

Fiche d’information

En septembre 2008, le gouvernement du Canada s’est engagé à investir plus de 1,9 milliard de dollars sur cinq ans dans les secteurs du logement et de l’itinérance. Cet engagement renouvelait la SPLI pendant deux ans ainsi que le financement annuel des programmes axés sur le logement et la lutte contre l’itinérance jusqu’en mars 2014. Le gouvernement a ainsi renouvelé le financement de la SPLI à hauteur de 134,8 millions de dollars par année, et ce, d’avril 2011 à mars 2014.

La Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI) renouvelée conservera les éléments, tels que l’approche communautaire et l’établissement de partenariats, que les partenaires ont considérés comme des réussites lors des consultations de l’automne 2009. Le gouvernement fédéral tentera de renforcer ses relations avec les provinces et les territoires en misant sur les partenariats fructueux établis jusqu’à présent.

La SPLI sera aussi améliorée en :

  • veillant à mieux répondre aux besoins des collectivités mal desservies des régions rurales et éloignées;
  • favorisant, lorsque cela sera possible, l’attribution de fonds à des organismes autochtones dans le cadre d’activités qui répondront aux besoins particuliers des Autochtones;
  • orientant les recherches financées par la SPLI vers les besoins des collectivités, et en rendant les résultats plus accessibles au public;
  • renforçant l’imputabilité grâce à la collecte et au partage de données;
  • mettant l’accent sur l’intégration au marché du travail, lorsque cela sera possible, afin de favoriser la stabilité économique des sans abri et des personnes à risque de le devenir;
  • accroissant l’interaction avec les intervenants du projet Chez soi/At home de la Commission de la santé mentale du Canada pour échanger des connaissances sur la santé mentale et l’itinérance.